L’homme-mythe

L’homme-mythe

– Ah non, non non, pas question.

– Mais allez-euh.

– Nan, pas ça.

– C’est incontournable.

– Ecoute, non. Déjà quand tu as insisté pour aller faire du camping, « dans les bois parce que planter sa tente au milieu d’un espace aménagé c’est pas authentique », j’étais pas chaud.

– Tu vois bien que c’est pas si terrible.

– Je ne suis toujours pas sûr que tu ne m’as pas vraiment servi de l’écureuil.

– Je ne ferais jamais ça, enfin. Pas un écureuil. C’était du hérisson.

– Et puis il y a eu cette histoire de chasse au dahut.

– Je t’assure que si tu étais resté un peu plus longtemps, tu en attrapais un.

– Mouais. Et maintenant, on se raconte des histoires ?

– Mais oui, pas de camping sans histoire.

– J’aime bien dormir, aussi, après.

– Oh là là, petite nature.

Allez, ça va être drôle. A mourir de rire.

– Bon, ok. Mais c’est surtout parce que je n’ai aucune idée du chemin pour rentrer.

– Tu ne vas pas le regretter. Ce soir, je te raconte une histoire qui vient du fond des âges. La manifestation de celle qui existe depuis toujours. On la croyait disparue, chassée par la lumière de la civilisation triomphante, du progrès conquérant qui dissipe les ténèbres qui obscurcissent notre conscience collective. Mais la voici qui réapparaît, sortant du recoin obscur de notre inconscient primal, prête comme en tout temps à regagner le terrain perdu, à enserrer à nouveau notre âme dans ses griffes glaciales…

– Je le savais, bon sang je le savais, tout ça ce n’était qu’un prétexte pour me parler d’une bestiole terrifiante et me foutre la frousse !

– Pas du tout, enfin, je parlais de la tendance qui existe chez l’homme moderne comme le néandertalien avant lui à se raconter des histoires pour expliquer ce qu’il ne comprend pas, à aller chercher des monstres sous le lit pour se rassurer, à créer des mythes. Même aujourd’hui.

– Ah. Donc pas de créature flippante ?

– Si, bien sûr, elle arrive. Mais fallait que je pose l’ambiance.

– Super. Donc un monstre moderne ?

– Absolument. On a souvent tendance à penser que les histoires de croque-mitaines et autres remontent à loin, voire sont en perte de vitesse, mais en fait il n’en est rien.

– Bien, je vais me rapprocher du feu et soumettre quelques hypothèses. Le Slender Man ?

– Il répond bien à la définition, mais il n’est pas au menu pour ce soir.

– Le Chupacabra ?

– Il mériterait certainement qu’on se mette sur sa piste, mais non.

– Je sèche.

– Je m’en vais t’entretenir d’un monstre dont on connaît précisément la date et le lieu de naissance. Il est apparu en Virginie Occidentale, en novembre 1966.

– Mouais, c’est pas très très prometteur.

– On voit que tu connais pas le coin, on y reviendra. Mais je t’accorde que ce n’est pas extraordinairement mystérieux dit comme ça. Néanmoins, on part Virginie Occidentale, en 1966. A la nuit tombante, dans un cimetière. Mieux ?

– Ah ben oui, tout de suite.

– Nous sommes à Clendenin, le 12 novembre. Cinq hommes sont en train de creuser une tombe pour un enterrement à venir. Je veux dire un enterrement tout ce qu’il y a de plus régulier, ils ne vont pas tuer quelqu’un. Et là, l’un deux…

Non.

L’un deux repère quelque chose. Ils lèvent la tête, et observent une grande silhouette qui plane dans leur direction. Ils parlent d’un homme ailé, qui vole au-dessus du groupe avant de s’enfoncer dans la forêt.

– Un homme ailé ?

– C’est ce qu’ils disent. Et on ne parle pas d’un gars qui fait du deltaplane.

– J’imagine.

– Trois jours plus tard, nous sommes à quelques kilomètres de là, dans une bourgade qui a un nom à s’attirer des problèmes et trucs louches : Point Pleasant.

Attendez, revenez !

– Ah, oui, ça sent les emmerdes.

– Point Pleasant se situe au bord de la rivière Ohio, qui constitue la frontière avec l’état du même nom. D’un côté la rivière, de l’autre la forêt. Et je ne serai pas le premier à dire que les forêts de la Nouvelle-Angleterre peuvent être mystérieuses et flippantes.

– C’est vrai.

– Au milieu de la nuit, deux jeunes couples parcourent la route qui longe la TNT Area.

– La quoi ?

– La TNT Area. C’est une zone en bordure de la ville qui a abrité entre 1942 et 1945 un site de production d’explosifs de l’armée. Un site un peu secret, où les employés étaient conduits dans des bus aux vitres aveugles. Il a cessé son activité au lendemain de la reddition japonaise, et depuis la nature a repris ses droits sur les bâtiments et bunkers abandonnés.

Une petite balade en forêt, quelqu’un ?

– C’est de mieux en mieux.

– Roger et Linda Scarberry, et Steve et Mary Mallette, qui sont tous les quatre dans la même voiture, voient apparaître au milieu de la route une grande silhouette humanoïde aux yeux rouges. Ils décrivent une grande créature ailée de près de 2 mètres. Roger Scarberry et Steve Mallett expliquent qu’elle a de grands yeux rouges, qui luisent à la lumière des phares, et une envergure de 3 mètres environ. Elle semble vouloir éviter la lumière et s’écarte, mais suit ensuite la voiture en volant. Alors qu’ils tracent à près de 150 km/h.

– Diantre, ils ont attrapé une belle frousse !

– Mais oui. Ils flippent tellement qu’ils se rendent directement au bureau du shérif, alors même qu’il est 2h du mat’. Scarberry fait état de marques de griffures sur le toit de sa voiture. Des enquêteurs se rendent sur place, mais ne trouvent que dalle. Scarberry et Mallett racontent aussi leur histoire au Point Pleasant Register, le journal du coin. Ce qui, le 16 novembre, donne un grand moment dans l’histoire de la presse locale.

Il s’est définitivement passé…un truc.

La nouvelle est également reprise par d’autres journaux locaux de la région. Ils sont plutôt sceptiques et prudents, et parlent d’un oiseau ou d’une bête mystérieuse, mais publient néanmoins la description des témoins, à savoir un homme avec des ailes, ainsi qu’un dessin de Scarberry.

Ah oui, pas de doute, c’est un machin.

A partie de là, les apparitions de la créature se multiplient. Dans les jours qui suivent, arrivent ainsi les témoignages de deux pompiers volontaires, qui décrivent un grand oiseau avec de grands yeux. Le Gettysburgh Times fait état de 8 observations en trois jours, dont certaines sont encore plus étranges. Tu as l’histoire de Newell Partridge, qui entend des bruits étranges émanant de sa télévision, puis de l’extérieur. Quand il regarde dehors avec une torche, deux yeux rouges luisent « comme des réflecteurs de vélos ». Son chien de chasse part à la poursuite de la créature, et disparaît. Il ne le reverra plus.

– Bon, tant qu’elle ne s’en prend qu’aux chiens, moindre mal.

– De fait, la bête ne fait pas de victime. Pour l’instant. Mais en tout on recense environ une centaine de témoignages. Ils s’accordent sur la description : la créature est aussi grande ou un peu plus qu’un homme, possède deux grandes ailes avec ou sans plumes, et de grands yeux rouges. Son visage est impossible à distinguer, et plusieurs indiquent qu’elle peut décoller à la verticale. Il y a même eu des battues et expéditions de chasse pour la retrouver.

– Si y’a moyen de tirer sur un nouveau truc…

– Ca joue sûrement.

– Attends, on est aux Etats-Unis, ils vont bien lui trouver un nom à leur bestiole ?

– Tout juste. Il est assez surprenant, et aussi peu évident à traduire. Un journaliste de l’Ohio, dont le nom a été perdu, l’appelle Moth Man. Soit l’homme-mite, l’homme-papillon-de-nuit, ou si l’on veut faire rigoureux l’homme-phalène.

– Mais…pourquoi ? Tu disais qu’on parlait plutôt d’un oiseau.

– En effet. Aucun témoin n’a décrit la bête comme ressemblant à ça, mais plutôt comme un homme-oiseau ou oiseau-monstre. Il faut sans doute y avoir une référence à Batman, dont le feuilleton télé était alors très populaire. Le fait qu’il y a dans l’univers de Batman un vilain du nom de Killer Moth. Et de fait, le Moth Man deviendra rapidement Mothman. Mais je suis d’accord, le nom n’a rien à voir avec les descriptions. Pourtant, et logiquement, il influera sur ce que verront les prochains témoins.

Bon, après, techniquement, c’est aussi un machin.

– Dis, je ne veux pas être vexant, mais enfin des dizaines de gens qui se mettent à voir un truc la nuit à partir de quelques témoignages diffusés par la presse, ça ressemble pas mal à un épisode d’hystérie collective.

– Ah mais je suis bien d’accord. Il est plus que probable qu’on assiste à un emballement, dont l’origine n’a rien de surnaturel.

– Non ?

– Vraisemblablement pas. Dès novembre 1966, dès le début et les premiers articles, donc, un professeur de l’université de Virginie émet l’hypothèse que les témoins ont en fait vu une grue du Canada, qui comme son nom ne l’indique pas est aussi présente dans le coin. C’est un grand volatile, de plus d’un mètre de long. Debout, de nuit, et à une certaine distance, on peut certainement y voir une silhouette humanoïde. Son envergure dépasse les deux mètres, voire deux mètres cinquante, donc on est aussi globalement dans ce que décrivent les témoins. Par ailleurs, elle émet un cri qui s’entend de loin, et sa taille lui permet de planer. Enfin, elle a du rouge aux yeux.

Mollo sur le fard à paupières.

– Grue-man, donc ?

– Bien possible. Autre suspect à plumes, la chouette rayée ou barrée. Plus petite, certes, mais elle possède un trait mis en avant par les témoins : ses yeux prennent une vive couleur rouge quand ils attrapent la lumière.

– Rouge comment ?

– COMME LES ENFERS !

La chouette barrée se trouve également en Virginie, et il est totalement possible que certaines personnes aient vu une grue, d’autres une chouette, et que notre papillon soit un mélange des deux. C’est foireux au plan zoologique, mais tout à fait envisageable dans l’imaginaire collectif. Par ailleurs, l’hypothèse d’un spécimen mutant de l’une ou l’autre espèce a aussi été évoquée.

– Mutant ? On repart dans les comics là.

– Non, pas du tout. Tu te souviens de la TNT Area ? Eh bien différents produits chimiques ont été utilisés dans ce secteur, et ont d’ailleurs conduit à des problèmes de pollution assez importants dans les années 80. Donc après tout une mutation teratogène n’est pas impossible. Même si on n’en a pas vraiment besoin pour trouver une explication absolument terre-à-terre à notre apparition. D’aucun ont même parlé d’un canular.

– Attends, autrement dit tu me racontes tout ça pour me dire qu’en fait c’est rien ?

– Oui et non. L’homme-oiseau originel ? Ben probablement juste un oiseau. Mais une fois créé, le Mothman va pouvoir faire carrière.

– Comment ça ?

– Avant tout grâce à un événement tragique. Le 15 décembre 1967, soit 13 mois après l’apparition du Mothman, le Silver Bridge qui relie Point Pleasant à l’autre rive de l’Ohio s’effondre en pleine heure de pointe. La rupture d’une pièce, et une conception un peu légère en termes de sécurité, précipitent 31 véhicules dans le fleuve. Le bilan est lourd : 44 morts et 2 disparus. La ville est évidemment traumatisée. Et c’est là que…

– On accuse le Mothman ?

– On l’accuse, où on l’associe. Dans les jours qui suivent, certains disent avoir vu la créature perchée sur le pont. Etait-elle en train de le saboter, ou au contraire le Mothman était-il à Point Pleasant depuis un an pour prévenir les habitants de la catastrophe imminente ?

– Ben je dirais ni l’un ni l’autre puisque c’est une grue.

– …

– Et que la présence d’une grue sur un ouvrage de travaux public est normale.

– Je l’attendais, merci. Je suis d’accord, mais tu ne peux rien contre les fantasmes. Le Mothman monstrueux, humanoïde volant dans la nuit comme héraut de malheur, a officiellement décollé et commence à faire le tour des « investigateurs paranormaux » et autres ufologues. L’un d’entre eux, John Keel, est venu à Point Pleasant dès 1966 pour interroger les habitants et mener l’enquête. En 1975, il publie The Mothman Prophecies, les prophéties du Mothman. Dans lesquelles il parle un peu de ce dernier, mais aussi pas mal d’ovnis, d’extra-terrestres, et d’hommes en noir étranges qui auraient pullulé en Virginie Occidentale à partir de novembre 1966. Mais surtout, il affirme que l’apparition du Mothman était bien l’annonce de la catastrophe du pont, parce que voilà, c’est son boulot dans la vie, le Mothman est là pour nous prévenir quand ça va mal tourner. Et avec, une véritable légende moderne est née.

– A ce point ?

– Mais oui. Le livre de Keel va connaître un certain succès, suffisant pour populariser sa thèse. En 2002, il est même adapté au cinéma, avec un budget suffisant pour attirer un casting loin d’être ridicule. Le titre français est La Prophétie des Ombres.

Et le titre de travail était « Richard et Laura ont des arriérés d’impôts ».

– « Basé sur des faits réels », ben voyons.

– Hé, le pont il s’est effondré oui ou non ? 2002 correspond également à la première édition du Mothman Festival de Point Pleasant, qui capitalise un peu sur son monstre local.

– Mais c’est quoi ?

– Exactement ça. Un weekend à thème autour du Mothman : visite, concerts, animations, cosplay, projections de films, etc. En 2003, on lui érige une statue.

– Ah, une petite érection.

– Pas si petite, puisque la bestiole est représentée « taille réelle ». Aussi, l’artiste s’est bien lâché.

Le doute n’est plus permis, c’est un machin volant.

Et ce n’est pas tout, en 2005 c’est un musée du Mothman qui ouvre à Point Pleasant. Il accueille plusieurs dizaines de milliers de visiteurs par an, selon son propriétaire.

– C’est pas mal, et tant mieux pour l’économie locale, mais on reste autour de Point Pleasant.

– Eh bien justement non. C’est bien tout l’intérêt de la chose : le Mothman est devenu mondial. On le voit partout où une catastrophe se produit, même si évidemment les témoignages arrivent toujours après.

– Ho, c’est bête ça.

– Oui hein ? Il n’empêche que le Mothman est ainsi lié à de nombreuses catastrophes. Ainsi, il permet de sauver plusieurs mineurs allemands enfermés dans une galerie en 1978. De même, « il paraît » que plusieurs ouvriers de la centrale de Tchernobyl avaient eu des visions d’une créature humanoïdes ailée aux grands yeux rouges en avril 1986, quelques jours avant la catastrophe. Evidemment, le Mothman a été vu à New York avant, pendant, et après les attaques du 11 septembre 2001. On dispose d’ailleurs de toute une série de photos parfaitement floues pour en attester.

Alors, c’est pas un machin qui vole ça, peut-être ?

Le Mothman semble évidemment avoir une prédilection pour les ponts qui s’écroulent, comme à Minneapolis en 2007, mais pas uniquement. En 1999, il est aperçu à Moscou quelques jours avant la série d’attentats qui feront plusieurs centaines de morts et conduiront à la deuxième guerre de Tchétchénie. En 2009, il est au Mexique quand l’épidémie de peste porcine se déclare. En 2011, il traîne bien sûr du côté de Fukushima, alors que c’est clairement le secteur de Godzilla.

– Toujours dans les bons coups.

– Toujours. En 2017, 55 personnes qui fréquentent un site à thématique paranormale disent l’avoir vu dans l’agglomération de Chicago entre avril et juin.

– Mais si elles fréquentent…

– Bien sûr, on voit ce qu’on veut, mais ça veut néanmoins dire qu’en 50 ans, le Mothman est rentré de plain-pied dans le monde des légendes urbaines. Tu as toute une série de sites qui recensent ses « apparitions officielles », et la liste grossit régulièrement. Et encore, quand je dis 50 ans…

– Quoi ?

– Ben si le Mothman est un prophète de malheur, ou au contraire celui qui vient nous prévenir que ça va barder en se posant au milieu de la route la nuit, il n’y a aucune raison qu’il ait commencé son activité dans les années 60 en Virginie. Sa légende raconte désormais qu’il était en Chine en janvier 1926, quand la rupture du barrage de Xiao Te a fait plus de 15 000 victimes, puisque de nombreux rescapés disent avoir observé un « dragon noir aux yeux rouges ».

– Ah ouais, quand même.

– Ouais. A ceci près que les seules mentions de l’effondrement d’un barrage de Xiao Te ayant fait plus de 15 000 victimes en Chine le 19 janvier 1926 se trouvent sur les sites qui recensent les informations sur le Mothman.

– Tu veux dire que…la catastrophe elle-même n’a jamais eu lieu ?

– Soit c’est le secret le mieux gardé de la Chine sauf pour les gens qui étudient les apparitions de dragons, soit on a une légende dans la légende.

Alors que la vérité est évidemment ailleurs.

– Eh ben… Bon, ben je vais me coucher moi. Je vais juste vérifier avant, j’ai cru voir un truc dans les fourrés.

One thought on “L’homme-mythe

  1. Je serais le Mothman, je laisserais un message sur un Post-It quand même, du genre “Attention, ça va couiller”. Enfin, ce que j’en dis…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *