Coup de pompe

Coup de pompe

– Eh ben alors, tu en tires une tronche. Encore.

– Pfff, ouais.

– Allez, dis-moi, c’est quoi cette fois ?

– L’avenir.

– Ok, carrément. Tu peux restreindre un peu, ou… ?

– C’est bien parce que tu le demandes, hein. Qu’allons-nous laisser derrière nous ?

– Ah, oui, je vois. Quel héritage pour les générations futures, quel monde allons-nous donner aux jeunes…

– Quoi ?! Non ! Je les emmerde, ces petits cons. Tu as vu comment ils écrivent ? Méritent tous le bagne, a minima. Un échec, je me demande comment la sélection naturelle a pu aboutir à ce sinistre résultat, je pense qu’on a foiré à un moment.

– Uh, tu me rappelles un certain prix Nobel de médecine…

– Ah oui ? Qui ça ?

– Non, aucune importance, on n’aura certainement pas l’occasion d’y revenir ce n’est pas le sujet de la conversation.

Aaah, la barbe, Tchekhov a encore laissé traîner son fusil. Qu’est-ce qu’on va bien pouvoir en faire ?

– Tu as raison, l’important c’est ma postérité. C’est ce qui me turlupine. A quel titre mon nom sera-t-il évoqué ? Ma personnalité charismatique, mes prouesses athlétiques, mes performances intellectuelles ?

– Euh, je ne vois pas…

– Ben non, moi non plus, c’est bien pour ça que je me pose la question.

– Non, je voulais dire que je ne vois pas de quoi tu parles.

– Jaloux.

– Ca doit être ça.

– Non mais sérieusement c’est vrai. Comment l’histoire et la mémoire collective font-elles leur tri ?

– La question peut se poser, en effet.

– Me semble qu’on retient plus facilement un record sportif, alors que bon franchement, plutôt qu’une découverte scientifique susceptible de changer des vies, pour peu qu’elle soit un peu complexe ou spécialisée.

– Effectivement. Enfin, y’a une question de contexte.

– Oui, puis ça dépend aussi de la personne, de ce à quoi elle ressemble à son parcours avant ou après.

– Tu as raison.

– Je sais. J’aimerais qu’on me reconnaisse à ce titre, d’ailleurs.

– On y travaille.

– Ce qui serait intéressant, c’est de voir quelle a été la postérité d’une personne qui pouvait être reconnue à plusieurs titres…

« M. Tchekhov, rangez vos affaires ! Ca devient pénible à la fin ! »

– Ha, si seulement on avait ça sous la main…

– Des fois, j’ai le sentiment qu’une main subtile et cosmique oriente nos échanges vers un point bien précis et déterminé à l’avance.

– Oh, tu exagères. Je veux dire, « subtile », vraiment ?

– Tu as raison, c’est pas notre genre.

– Et donc, est-ce que tu n’aurais pas précisément un exemple parfaitement approprié sous le coude, par le plus grand des hasards ?

– Mais comme les choses sont bien et fortuitement faites ! J’ai exactement ça : Charles Lindbergh.

– Lindbergh ? Le gars qui a effectué la première traversée de l’Atlantique en avion ?

– Celui-là même. Entre le 20 et le 21 mai 1927, Lindbergh vole tout seul et d’une traite depuis New York jusqu’à Paris à bord de son Spirit of Saint-Louis. Ce qui entendons-nous bien constitue une réelle performance, authentiquement inédite et tout. Il bénéficie à ce titre d’une couverture médiatique mondiale, et est reçu et félicité par les plus hautes autorités gouvernementales. Il est promu colonel réserviste de l’armée de l’air. Bref, il devient immédiatement une vedette, que dis-je, un héros, une star, une légende. Et la référence quand on parle d’aéronautique.

Faire les unes partout dans le monde en dépit d’un physique vraiment pas facile reste son plus grand exploit.

Et tu m’accorderas que près d’un siècle plus tard, quand on dit Charles Lindbergh on pense toujours pionnier de l’aviation ?

– Je confirme.

– Et pas de la chirurgie à cœur ouvert, par exemple ?

– Ben non.

– Et pourtant, il mériterait aussi d’être mentionné pour d’autres avancées importantes.

– Dans quel domaine ?

– Je viens de te le dire.

– Tu…non, quand même…la chirurgie à cœur ouvert ?! Sérieusement ?

– Entre autres, disons la biomécanique. Charles s’intéresse au sujet quand une valvulopathie cardiaque d’origine rhumatismale est diagnostiquée chez sa belle-sœur. Il demande pourquoi il n’est pas possible de régler le problème de façon chirurgicale, on lui répond qu’il faudrait pour cela pouvoir sortir le cœur et maintenir l’organisme et l’organe en vie suffisamment longtemps. Ce qui n’est pas possible.

Non.

– Quelque chose me dit que la réponse ne le satisfait pas.

– Non, manifestement il tenait à sa belle-sœur et insiste auprès d’un anesthésiste. On l’oriente alors vers Alexis Carrel.

– Ce nom me dit vaguement quelque chose.

– Tu m’étonnes. Non seulement c’est un compatriote, mais c’est un des grands esprits scientifiques de l’époque. Carrel est né et a grandi à Lyon, où il mène des études de médecine. Etudes brillantes de toute évidence, puisqu’il reçoit le prix Nobel de physiologie et médecine en 1912 pour ses travaux sur la suture vasculaire. D’aucuns prétendent qu’il aurait été d’une façon ou d’une autre inspiré par la tradition tisserande lyonnaise, mais bon…

– C’est pas comme si les Lyonnais étaient un rien chauvins.

– Du tout. Carrel travaille aussi, c’est lié, sur la transplantation de cellules sanguines et d’organes.

– D’organes…comme tous ceux qu’on a vus avant ?

– Non non, des organes qu’on maintiendrait véritablement en vie en dehors du corps le temps nécessaire pour une opération ou une transplantation. Toujours est-il que Carrel est le deuxième chirurgien à obtenir le Nobel, ainsi que le plus jeune lauréat à l’époque. Il reçoit par la suite la Grand-Croix de la Légion d’Honneur, pour son travail pendant la Première Guerre sur le traitement antiseptique des blessures.

– C’est pas vraiment un tromblon, quoi.

– On peut dire ça.

« A des capacités. »

Alexis part ensuite à New York, où il bosse à a fondation Rockefeller. Et comme il s’intéresse justement à la question du maintien des organes en vie in vitro, c’est à lui qu’on renvoie Lindbergh. Charles décide donc d’aller lui rendre visite, parce que quand on s’appelle Lindbergh on peut obtenir ce genre de rendez-vous. Ils se rencontrent le 28 novembre 1930, un héros de l’aviation d’un côté, un prix Nobel de l’autre.

– Y’a du niveau.

– Plutôt. Carrel lui montre des essais de dispositifs capables de maintenir un organe en vie à l’extérieur du corps. Une sorte de cœur artificiel. Alexis a défini la composition d’un fluide de transfusion qui peut le permettre, mais le problème est de concevoir et fabriquer un appareil qui évite les contaminations bactériennes et les caillots. Lindbergh examine ses modèles, et lui annonce d’emblée qu’il peut faire mieux.

– Pfff, le gars il a réussi à rester éveillé 33h30 derrière un manche à balai, il pense pouvoir concevoir des appareils médicaux.

– Oui ben en attendant il passe commande d’un appareil en verre de sa confection auprès d’un souffleur de Princeton.

– Parce qu’à Princeton ils ont des souffleurs de verre, manifestement.

– Mais c’est qu’il en faut pour fabriquer des équipements de laboratoires. Après seulement deux semaines, Lindbergh revient auprès de Carrel avec un prototype. C’est pas encore ça, mais Alexis est impressionné, et propose à Lindbergh de travailler sur le projet dans son laboratoire.

– Eh ben, voilà une collaboration qui va faire du bruit.

– Surtout pas ! Charles a été pas mal échaudé par l’énorme visibilité médiatique qu’il a reçue à l’occasion de sa traversée de l’Atlantique. Ah oui, et aussi le fait que par la suite son fils a été kidnappé en 1932 et retrouvé mort quelques semaines après (malgré le versement d’une rançon), ce qui ne serait pas arrivé s’il n’était pas, typiquement, Charles Lindbergh.

– Evénement décrit à l’époque comme le « crime du siècle ».

– Voilà. Lindbergh veut donc qu’on lui fiche la paix, et fait de son mieux pour que son travail à l’Institut Rockefeller reste secret. Il passe par des entrées secondaires, et personne au sein du personnel n’est autorisé à évoquer ses recherches. C’est d’ailleurs ce qui va le conduire à réaliser une première première dans le monde de la science.

– Y’a un première en trop ou ?

– Non non. Le travail avance, et en mai 1931 Lindbergh publie dans Science un article sur les performances d’un appareil qui permet la circulation sur la durée de fluide dans un circuit fermé. C’est l’un des plus courts articles publiés par Science, et jusqu’à aujourd’hui le seul qui ait jamais été anonyme.

Aaah, mais ça doit être pour ça qu’ils refusent nos articles !

Bon du coup il ne reçoit pas particulièrement d’écho.

– C’est-à-dire que spontanément, un article sur un carburateur pour glandes, ça attire pas la foule.

– Philistins. Carrel et Lindbergh continuent néanmoins à y travailler pendant trois ans. En 1935, Lindbergh décrit sa conception comme un appareil qui maintient, dans des conditions contrôlables, une circulation pulsée de fluide stérile à travers des organes, pour une durée qui n’est limitée que par l’évolution de l’organe et du fluide en question.

– Mais concrètement, c’est quoi ce machin ?

– C’est un appareil entièrement en verre, ou exactement en Pyrex, dans la mesure où les autres matériaux favorisaient la formation de caillots et posaient des problèmes de stérilisation. Il peut donc être stérilisé dans un autoclave.

– Auuutoclaaaave !

– Pardon ?!

– Ben c’est bien une attaque spéciale de Goldorak non ? C’est sûr que ça nettoie, même si je vois pas le rapport, franchement.

– Alors non, c’est juste un dispositif pour nettoyer et stériliser les équipements de labo. On est plus proche de la cocotte-minute de mémé pour faire des conserves.

Bon, alors une dernière fois : c’est AUTOlargue

Et CLAVicogyre

– C’est officiel, la recherche ne m’intéresse plus.

– On peut revenir à la pompe de Lindbergh ?

– Je t’en prie.

– Il n’y a aucune pièce mobile dans l’appareil. L’air entrant est filtré à travers du coton stérile pour éviter les contaminations. Il y a une chambre supérieure dans laquelle est placé l’organe, une chambre centrale d’égalisation de la pression, et une chambre inférieure qui contient le fluide. L’air fait circuler le fluide jusqu’à l’organe, puis c’est la gravité qui le ramène. Les pulsations sont régulées par de l’air comprimé fourni par un petit moteur.

– Et ça marche ?

– C’est pas encore parfait. Ainsi, il n’y a pas l’équivalent d’un rein pour évacuer les sécrétions de l’organe, ce qui implique des changements de fluide fréquents, ce qui représente un risque pour la stérilité et la stabilité de l’ensemble. Pour autant, on peut commencer à faire des tests. Ce que font Lindbergh et Carrel le 5 avril 1935 en plaçant dans leur pompe une glande thyroïde de chat. Ils la maintiennent ainsi en vie, avec des cellules capables de réplication, pendant 18 jours.

– Pas mal.

– Non, et on peut donc commencer à en parler. La nouvelle fait évidemment du bruit ce coup-ci. Le Litterary Digest écrit ainsi que le travail scientifique de Lindbergh sera encore célébré quand le vol vers Paris ne sera plus qu’un vague souvenir. Le New York Times dit essentiellement la même chose : son nom sera aussi illustre dans le domaine de la médecine que dans celui de l’aviation.

– C’est définitivement râpé pour l’anonymat, cette fois.

Le fameux trio Lindbergh, Carrel, et Pompe

– Définitivement, surtout quand Alexis et Charles publient conjointement La culture des organes en 1938, qui traite précisément de la façon de maintenir des organes en vie en dehors du corps. Il faut dire qu’à l’inverse de Charles, Alexis fait de son mieux pour capitaliser sur la popularité de son partenaire, et le met systématiquement en avant en louant ses qualités d’intelligence et d’obstination. Au cours des quatre années qui suivent, ce sont pas moins de 898 expériences de perfusions qui sont réalisées. Aucune n’a à être interrompue en raison d’un mauvais fonctionnement, même si le problème des contaminations bactériennes n’est pas complètement réglé. Carrel réussit à maintenir des cœurs en vie pendant une douzaine d’heures. C’est une authentique avancée médicale, et des dizaines de « pompes Lindbergh » sont produites en quelques années.

Permettant à toute une génération d’étudiants en médecine de prétendre que le machin en verre qui sent bizarre sous leur lit est une pompe médicale.

– Pas mal du tout.

– Non, cependant les réels résultats scientifiques sont éclipsés par l’écho médiatique dû à l’implication de Lindbergh. Avec des rumeurs selon lesquelles Carrel cultivait des embryons humains, ou Lindbergh envisageait de remplacer son cœur par un autre mécanique.

– Rien que ça.

– Ce raffut n’est pas du tout du goût de Charles, qui décide de quitter les Etats-Unis. En avril 1938, il s’installe sur l’ile bretonne d’Illiec, qu’il a achetée, à côté de celle de Saint-Gildas où se trouve de la résidence de Carrel. Où il a déjà effectué plusieurs séjours à partir de 1937. Pour autant, la pompe est exposée à l’Exposition Universelle de New York en 1939, où elle est montrée en fonctionnement avec une glande thyroïde de chien. Elle est présentée comme le « cœur mécanique » Lindbergh-Carrel. Et j’insiste sur ce point, c’est une réelle innovation technique notable, qui justifie de considérer Carrel et Lindbergh comme des précurseurs de la circulation extracorporelle.

Non, pas celle-là, la chirurgicale.

– Ce qui pose forcément la question de savoir pourquoi j’en avais jamais entendu parler.

– La première raison est qu’il en va de certaines innovations médicales comme des records sportifs ou premières technologiques : elles finissent par être dépassées. Les pompes Lindbergh sont abandonnées quelques années plus tard en raison d’un changement de la doctrine médicale en matière de maintien et de traitement des organes isolées en dehors du corps. Le principe bénéficie d’un regain de popularité dans la communauté médicale dans les années 50, pour le développement de la chirurgie cardiaque et les transplantations d’organes, mais le développement de nouvelles méthodes de perfusion le rend rapidement obsolète. Et puis surtout, il y a la suite des carrières de Lindbergh et Carrel.

– C’est-à-dire ?

– En 1935, Carrel publie L’Homme, cet inconnu, qui bénéficie d’un grand succès mondial pendant plusieurs années. Il prône le développement des capacités potentielles de chacun pour tirer l’homme de l’état de diminution intellectuelle, physique, et moral induit par les conditions de vie modernes.

– Eh bien pourquoi p…

– Et du coup, il veut instaurer la biocratie en lieu et place de la démocratie, avec des classes biologiques qui remplacent les classes sociales. La sélection naturelle n’a selon lui pas joué son rôle depuis longtemps, et la médecine et l’hygiène ont permis la survie de nombreux individus inférieurs.

– Oh, attends une min…

– Carrel plaide pour un eugénisme actif et négatif, c’est-à-dire en éliminant les inférieurs. Il faut par exemple reconditionner les individus qui peuvent l’être par le fouet, et euthanasier les criminels irrécupérables.

– Ok, alors non, hein.

– De son côté, Lindbergh a répété à plusieurs reprises qu’il jugeait les hommes sur leurs mérites propres et jamais la couleur de leur peau, mais qu’il était favorable à l’amélioration de la race par l’eugénisme. En outre, il reçoit la Médaille d’Honneur allemande des mains de Goering (l’autre) en 1938, et déclare son admiration pour le 3e Reich. Quand la guerre est déclarée, il est un fervent isolationniste.

– Bien bien tout ça.

– En 1939, Carrel est atteint par la limite d’âge de l’Institut Rockefeller et prend sa retraite. Il revient en France où il ne trouve rien de mieux à faire que d’adhérer au Parti populaire français de Doriot.

– Le principal parti fasciste français.

– Celui-là même. En 40, il propose de développer des hôpitaux mobiles, qui seront utilisés pour la première fois par les Britanniques en Afrique du nord, et de mener des actions contre la malnutrition. Cependant après la défaite, il accepte en 1941, à la demande de Pétain et après l’avoir rencontré, de prendre la « régence » de la Fondation française pour l’étude des problèmes humains.

– Je crains le pire.

– Alors mine de rien la Fondation inspire la loi qui met en place la médecine du travail, le certificat prénuptial, et le livret scolaire. Et on peut y voir la précurseuse de l’Institut national des études démographiques. En outre, elle n’avait pas de lien avec les autorités, et des résistants y ont travaillé. Mais ça reste un poste officiel confié par Pétain. Carrel est donc suspendu de ses fonctions à la Libération, avant de mourir le 5 novembre 44.

– C’est un bel exemple d’effort conjoint pour ne pas laisser un très bon souvenir de ce qu’ils ont fait dans les années 30 et 40.

– Effectivement. C’est compliqué la postérité.

– Vaut mieux éviter de cumuler. On va plutôt se répartir les rôles.

Si vous voulez soutenir En Marge, c’est ici.

One thought on “Coup de pompe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *