Archives de
Mois : janvier 2019

La science perchée (épisode II & III)

La science perchée (épisode II & III)

Nous avons vu  comment essayer de se servir de la Lune comme d’une antenne . Ne nous arrêtons pas en si bon chemin. Ho la belle rouge ! Pendant ce temps, d’autres scientifiques s’activent à explorer la haute altitude. Ainsi, en 1958, la toute jeune NASA lance son premier satellite de recherche, Explorer 1. Le responsable de la mission, James Van Allen, y a installé un compteur Geiger, pour mesurer les radiations atmosphériques. Les résultats sont pour le moins surprenants : avec l’altitude, les niveaux de radiation augmentent, puis chutent soudainement à…

Lire la suite Lire la suite

Grand esprit, es-tu là ? (troisième)

Grand esprit, es-tu là ? (troisième)

Henrietta Swan Leavitt, presque prix Nobel Dans notre galerie des remarquables chercheurs que la postérité a trahi (nous irions jusqu’à dire cocus de l’histoire de scientifiques si nous nous laissions aller à ce genre de langage, mais ne mangeons pas de ce pain-là), nous vous avons déjà entretenus du précurseur de la tectonique des plaques (c’est ici), et de la première à avoir véritablement vu à quoi ressemblait une molécule d’ADN (par là). Aujourd’hui, une dame qui a eu un peu le même parcours que la précédente. Henrietta Swan Leavitt est la fille d’un pasteur puritain, née en 1868 dans le Massachussetts. Elle étudie l’astronomie, dans laquelle elle excelle, et finit brillamment diplômée en 1893. Seulement, elle ne peut pas diriger des recherches, ni même opérer un télescope, dans la mesure où manifestement ses ovaires risquaient de foutre en l’air toute forme de calcul ou de mécanique….

Lire la suite Lire la suite

Wow putain.

Wow putain.

6EQUJ5. Non, ce n’est pour une fois pas ce con de chat qui a marché sur le clavier. Cette suite de lettres et de chiffres du titre correspond à un signal radio de 72 secondes, capté le 15 août 1977 à 22 h 15 dans l’Ohio par Jerry Ehman, un astrophysicien américain. Pour être très précis, c’est même « un signal à bande étroite et centré sur la raie à 21 centimètres », un peu comme Rocco Siffredi. Ce brave Jerry a…

Lire la suite Lire la suite

La surprise du Danube : quand les Autrichiens se faisaient prendre pour des ponts

La surprise du Danube : quand les Autrichiens se faisaient prendre pour des ponts

– Sam, mon grand, il faut que je te parle des guerres napoléoniennes. – Alors sans dire que je m’en tapote les valseuses avec des portes de grange, disons que je viens de m’endormir en sursaut. – Ah je vois. Joueur, tricheur, débauché, vicieux et mauvais patriote, avec ça. – Ce n’est pas ça, mais l’histoire façon coups de canons et chair à pâté, c’est un peu surfait, je trou… Attends comment ça, tricheur ? – Oublie. Bon, et si je…

Lire la suite Lire la suite

Quand la science se prend un gros vent

Quand la science se prend un gros vent

Après être revenus sur l’histoire des machines plus ou moins (plutôt plus) foireuses pour maîtriser la grêle, nos deux héros continuent à se pencher sur les moyens de contrôler la météo. – Après la Seconde Guerre mondiale, la question franchit l’Atlantique, et évidemment, du coup, les moyens ne sont plus les mêmes. En fait, il y a deux évolutions majeures dans l’approche du contrôle météo. La première est assez évidente. – Je vais dire : les avions. – Les avions, et…

Lire la suite Lire la suite

Hennig Brandt, la lumière est au fond du pot de chambre

Hennig Brandt, la lumière est au fond du pot de chambre

« L’alchimie ? Pfff, autant pisser dans une cornue. » Aaaaah, le Moyen-Age… On a beau dire, mais la vie était quand même beaucoup plus simple à l’époque. Déjà parce qu’elle durait sensiblement moins longtemps, ce qui limitait les risques de se la compliquer. En plus, aujourd’hui, on développe des maladies dont le simple nom est impossible à écrire, et je ne vous parle d’essayer de les comprendre. Alors qu’il y a une dizaine de siècles, hop, une coupure en se rasant et…

Lire la suite Lire la suite